Christine COUASNÉ : Le Robert Correcteur et sa reconnaissance « phonétique »

Christine COUASNÉ : Le Robert Correcteur et sa reconnaissance « phonétique »

Ergothérapeute en libéral depuis 1995, la transmission de l’informatique adaptée aux besoins scolaires fait partie des compétences que j’ai choisi de développer pour ma patientèle, essentiellement constituée d’enfants présentant des troubles des apprentissages (« dys » et autisme).

Au fil des ans, j’ai ainsi eu la chance et la joie de voir évoluer non seulement le matériel informatique (du poste fixe au portable léger équipé d’une batterie tenant la charge une journée de classe), mais aussi les logiciels utilisables par les scolaires. Je suis amenée à conseiller ces logiciels, à en installer, à les comparer, à en transmettre l’utilisation à mes jeunes patients, en leur expliquant les avantages et les défauts (autrement dit, ce qu’ils peuvent ou non en attendre).

À l’heure actuelle, j’estime que 99 % des tâches scolaires, du CP à la terminale, peuvent être effectuées sur un ordinateur correctement paramétré et équipé en logiciels et périphériques (en sus de sa configuration).

Trois types de logiciels m’ont toujours particulièrement intéressée, surtout du fait de l’amélioration de leurs capacités de version en version : les logiciels de reconnaissance de caractères, de dictée vocale et de correction grammaticale et orthographique. En effet, ces logiciels sont de véritables alliés quotidiens pour mes jeunes patients, qui doivent faire face à leurs tâches scolaires en tentant de compenser les troubles qu’ils présentent (notamment : troubles du langage oral et écrit).

Et en matière de correction orthographique, le logiciel Le Robert Correcteur® m’a spécialement « bluffée » lorsque j’ai effectué des comparaisons avec un autre logiciel de correction que j’utilisais depuis plusieurs années. En effet, une bonne part de mes jeunes patients écrit souvent en phonétique. Or, tous les logiciels courants ne reconnaissent pas bien les mots écrits en phonétique, que ce soient les correcteurs intégrés dans les traitements de textes, ou les logiciels dédiés à la correction. Et j’ai compris pourquoi lorsqu’il m’a été donné de rencontrer un des concepteurs du Robert Correcteur®

Les logiciels de correction grammaticale et orthographique sont habituellement conçus pour des « normo-scripteurs », c'est-à-dire les « écrivains lambda », ceux qui écrivent couramment sur leur ordinateur sans faire trop de fautes, mais qui tiennent à faire vérifier leurs écrits avant de les transmettre. Et en cela, tous les correcteurs remplissent assez bien leurs fonctions.

Le Robert Correcteur® a été conçu originellement pour des étrangers (plus exactement pour des journalistes étrangers souhaitant écrire en langue française – si je ne fais pas d’erreur en évoquant la discussion que j’ai pu avoir avec ce concepteur). Or, quel est le point commun entre des étrangers et certains de nos enfants présentant des troubles de type « dys » ? C’est simple pour qui les connaît : ils écrivent fréquemment phonétiquement ! Les uns et les autres ne sont pas des « normo-scripteurs ». De fait, lors de mes essais comparatifs de logiciels de correction orthographique, j’ai écrit phonétiquement et pu constater que le Robert Correcteur® semblait le plus capable de reconnaître des mots qui n’en étaient pas. Suis-je tombée sur une liste de mots précis que le Robert a été capable d’identifier alors qu’une autre liste serait mieux identifiée par un autre logiciel que le Robert ? Peut-être, et je veux bien que l’on m’en fasse la démonstration… mais personnellement, tous mes essais m’ont montré que le Robert était le meilleur en la matière. Bien sûr qu’il ne remonte pas tous les mots écrits phonétiquement, mais c’est le seul qui me propose « voisine » lorsque j’écris « wouazine ». Et c’est un exemple parmi un bon nombre d’autres.

Si le Robert Correcteur® est équipé comme d’autres logiciels de divers guides très bien faits et, surtout, d’un dictionnaire qui permet à mes jeunes dyspraxiques de « manipuler » enfin avec succès un dictionnaire (ce qui leur est souvent impossible avec un dictionnaire papier), sa particularité principale à mes yeux est bel et bien sa qualité de reconnaissance de mots écrits phonétiquement. Si je continue de présenter les atouts et inconvénients des logiciels correcteurs à mes patients afin qu’ils les testent et « sentent » avec lequel ils seront le plus à l’aise, je ne peux que constater que le Robert a souvent leur préférence pour les raisons évoquées plus haut.

Les concepteurs de logiciels courants ne pensent guère à nos jeunes « dys » qui peinent chaque jour lourdement du fait de leurs troubles. Leurs produits sont destinés « au grand public »… Car ces concepteurs n’ont manifestement pas connaissance des statistiques qui montrent que les « dys » représentent 8 à 10 % des élèves, soit une population-clientèle potentielle non négligeable. D’autant qu’une fois adulte, cette population « dys » reste dans la même proportion dans la population-clientèle globale. D’ailleurs, il serait intéressant de connaître le pourcentage d’acheteurs « dys » parmi tous les acheteurs des logiciels de correction orthographique et grammaticale... Gageons que ce pourcentage est conséquent ! Néanmoins, qu’un logiciel « standard » puisse être efficace pour tous, normo-scripteurs, « dys » et même scripteurs non francophones d’origine, est fort encourageant. Il ne tient qu’aux concepteurs d’accentuer leurs efforts sur la reconnaissance phonétique des mots pour un gain fonctionnel tant pour la population lambda à qui il arrive d’écrire phonétiquement, que pour nos « dys » et pour toute la population dont la langue française n’est pas la langue d’origine.

Quand la reconnaissance des besoins d’une partie de la population permet d’améliorer les produits grand public et le confort de tout un chacun… c’est toute l’histoire de ce que le « handicap » a apporté à la population générale !

Christine Couasné, ergothérapeute D.E., D.U. Approche neurologique, linguistique et cognitive des troubles d’apprentissage, Thérapeute Post-grade en Intégration neuro-sensorielle

les produits Le Robert vous intéressent ?

Afin de répondre à votre demande, pouvez-vous nous indiquer qui êtes-vous ?